Une intervenante sociale

Sylvie Becker Schorno est intervenante sociale à Solidarité femmes – centre LAVI Fribourg. Elle répond online depuis 2006 aux questions des personnes victimes sur violencequefaire.ch.

Plein feux sur cette femme engagée et débordante d’énergie. Merci à elle.

sylvie becker-schorno

« Quand je réponds à une personne, je suis en lien étroit avec elle, totalement attentive à ce qu’elle a écrit ».
 

VSV. Vous consacrez une partie de votre temps de travail à répondre aux victimes sur violencequefaire.ch. Est-ce réellement différent des entretiens face à face?

Sylvie Becker Schorno. Oui, c’est différent,  je n’ai pas la proximité immédiate de la personne comme en entretien mais par contre  quand je réponds à une personne, je suis en lien étroit avec elle, totalement attentive à ce qu’elle a écrit. En répondant à une lettre, je me sens engagée comme lors d’un entretien face à face. La différence est que nous n’avons pas le retour sur ce que pense la personne en lisant sa réponse, ce n’est pas un véritable dialogue.

VSV. Vous faites partie de l’équipe de violencequefaire.ch depuis 7 ans. Une belle fidélité…

Sylvie Becker Schorno. Oui, car dès le départ du projet, j’ai été totalement conquise par le concept et j’ai voulu en faire partie. J’y tiens toujours car je suis certaine que nous faisons là un très bon travail et rendant un grand service à toutes les personnes qui cherchent du soutien et des informations. J’apporte ainsi ma pierre à l’édifice. De plus, j’apprécie ce style d’écriture et le site est extraordinairement bien fait, très complet, c’est un outil vraiment très utile. C’est donc un réel plaisir de rester fidèle.

VSV. Vous êtes mère d’une fille de 19 ans. Lui donnez-vous des conseils pour se protéger de la violence conjugale?

Sylvie Becker Schorno. Sachant que les meilleurs conseils d’une maman ne sont pas forcément suivis, j’ai demandé à ma fille ce qu’elle retenait  de mes propos sur la violence conjugale pour s’en protéger. Elle m’a répondu que c’est au travers des  histoires que je lui raconte sur des femmes que je rencontre qu’elle en tire des idées sur les comportements à éviter, notamment les plus importants à ses yeux: le contrôle et la jalousie, elle pense aussi que la première gifle ne sera hélas pas la dernière.

Les commentaires sont fermés

-->

Panorama Theme by Themocracy