NYC, Ban Ki-Moon et violencequefaire.ch

Vivre sans violence a « siégé » aux Nations Unies

En mars 2013, la Commission de la condition de la femme (CSW) s’est réunies pour la 57ème fois au siège des Nations Unies à New York pour examiner le thème de l’Elimination et prévention de toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles. Vivre sans violence a participé à la CSW par le biais du réseau WAVE dont nous sommes un des focal points pour la Suisse et grâce au soutien financier de Capital International.

Notre directrice au micro

photocswA1-262x300

 

 

Dans le cadre d’une conférence sur le thème « Assurer l’accès des femmes migrantes et sans-papiers aux services d’aide », organisée par WAVE dans le programme des ONG, Anna Golisciano, est intervenue pour présenter la manière dont les femmes migrantes et sans-papiers utilisent le site violencequefaire.ch. Elle a mis en évidence comment répondre aux besoins particuliers des ces femmes.

 

 

Objectifs ciblés et résultats optimaux

Nos objectifs étaient de faire connaître violencequefaire.ch au-delà des frontières suisses et de créer des contacts avec d’autres pays, particulièrement avec les régions francophones, d’où sont issu·e·s un nombre croissant d’utilisatrices/eurs de notre service. Résultats:

  • Prise de contact avec des organismes actifs dans d’autres pays francophones, notamment avec des représentantes des pays suivants : Belgique, Burkina Faso, Canada, Côte d’Ivoire. France, Gabon, Haïti.
  • Enrichissement de notre base de données, rassemblement d’adresses de référence en matière de violence à l’égard des femmes dans ces différents pays, afin d’orienter efficacement les internautes étrangères/ers sur violencequefaire.ch.
  • Développement de connaissances spécifiques et anticipation sur des problématiques émergeantes, afin de développer des projets de sensibilisation précurseurs, comme l’impact de la violence domestique sur le lieu de travail.
  • Renforcement de la visibilité auprès du public, grâce à une diffusion d’information sur les divers supports de communication de l’Association (Facebook, Linkedin, newsletter, site, etc.)

image facebook site 3

Durant le mois de mars, la fréquentation de la page Facebook a triplé par rapport au mois précédent et nous avons reçu de nombreuses réactions enthousiastes du réseau professionnel.

 

 

 

Les ONG comme leviers d’influence

Les représentant·e·s des ONG assistent aux discussions et conférences organisées par les Etats membres. Si elles ne peuvent pas faire de propositions directes au cours des négociations, elles peuvent, par contre, faire du lobbying auprès des délégations nationales afin d’intégrer certains thèmes dans les Agreed conclusions ou proposer un langage particulier relatif à différentes questions. De nombreuses délégations nationales organisent des rencontres avec les représentantes de leurs ONG. C’est le cas de la Suisse qui a rencontré les ONG avant et après la CSW à Berne. Une rencontre a également au lieu à New York dans les bureaux de la Mission permanente Suisse. Les négociations officielles ne sont pas accessibles aux ONG, toutefois des briefings journaliers et des caucus régionaux permettent d’être informé de l’évolution des discussions et de préparer des propositions pour les délégations nationales ou des communiqués diffusés auprès des médias et des entités de l’ONU.

Successful ending

En 2012, la CSW n’avait pas réussi à obtenir un accord entre tous les états. Les conclusions n’avaient pas été adoptées. Cette année, à la fin des deux semaines de négociations sous tension, les Etats membres ont adopté des conclusions condamnant de manière claire les violences à l’égard des femmes et des filles et encourageant les Etats à mettre en place des mesures visant à prévenir et combattre cette violence.

Les commentaires sont fermés

-->

Panorama Theme by Themocracy